mercredi 18 septembre 2013

CRITIQUE DE FILM - RESUME DE L ETE 2013

CRITIQUE DE FILM - ETE 2013

En passant par les blockbusters, les films à petit budget et les animations que l'on attendait, j'ai écumé avec joie et ce pendant trois mois les salles obscures. Voici les brefs résumés que j'ai pu en tirer, bons ou mauvais, pertinents ou non.

Lee Daniel's The Butler Wolverine world war Z  Pacific RimINSAISISSABLES  Moi, moche et méchant 2Matt Damon - Elysium  



LE MAJORDOME


Catégorie : Historique, Drame

Un film qui selon certains serait déjà en compétition pour les Oscars. Cette fresque historique de grande envergure est narrée à travers la vie incroyable d’un majordome qui servira son pays et 7 présidents américains. De Nixon à Eishenhower en passant par Kennedy, rien n’est laissé au hasard à la maison blanche, faite comme si la pièce était vide, aucuns souffles ne doit transparaitre, soyez invisible, anticipez, et devinez ce dont ils ont besoins.
Le jeune Cecil voit sa mère violé et son père tué devant ses yeux, ses parents travaillant dans les champs de coton, il doit prendre leur suite. Cependant une des propriétaires du domaine le prend en affection et lui apprend à être un nègre de maison et à servir. Mais il doit partir et laisse derrière lui toute la souffrance d’un peuple pour qui la vie n’est guère facile, rythmé par les champs de coton et les premiers grondements de la musique soul . Après avoir commis un larçin, le jeune homme se voit engagé comme majordome au sein d’un hotel, puis il est recruté à Washington où la chance lui sourie puisqu’il est recommandé pour intégrer l’équipe des marjodomes de la Maison Blanche. Toujours discret et dans l’ombre il verra et entendra les présidents débattre de la condition de son peuple pour l’amener petit à petit vers la liberté. Cette vision concernant la ségregation est vue grâce à sa vie de famille, légèrement bancale et qui contraste avec les couverts en argent de la demeure des présidents. Ses deux fils sont tous deux fiers de leurs pères, mais l’un deux se joindra activement pour faire valoir ses droits en tant que citoyen de couleur américain.
Un film historique intelligent que l’on attendait plus en cette rentrée, les acteurs sont bons, et on aperçoit quelques grands noms, Robin Williams, Alan Rickman entre autres mènent le film à bout portant. Et que dire du jeu de l’acteur principal qui reste excellent,tout en sobriété et qui sonne juste à travers une Amérique raciste.
Note globale : 18/20 bande son : 15/20 Histoire : 19/20

Dans la catégorie BLOCKBUSTER AMERICAINS je demande :

WORLD WAR Z




Catégorie : Action, Drame, Horreur

Les scénarios catastrophiques sont en ce moment la coqueluche des studios d’Hollywood, si bien que Brad Pitt s’est affublé de la casquette de producteur pour son film intitulé ; WORLD WAR Z… Et que dire de ce blockbuster ? Une histoire simpliste, encore une fois qui ne laisse rien présager de bon lorsque l’on sait qu’une suite est déjà dans les cartons.
La terre est ravagée par une infection microbienne et virale, qui rend les gens semblables à des zombies, assoifés de chair et de sang. Les propagations du virus se font par morsure, et les attaques sont violentes et acharnées. Le héros, ancien militaire, est recruté par ses anciens chefs, car il est bien sur le seul à comprendre comment sauver le monde de ce fléau dramatique. Au cours de sa quête pour trouver un remède, il fera escale dans plusieurs capitales pour enfin trouver non pas un remède, mais une solution alternative pour se dépêtrer de ces maudits zombies.
Ce qui m’a le plus interpellé dans ce film est son rythme, presque haletant voir quasi épuisant. Au début du film, à peine nous sommes nous installés dans nos sièges que déjà la première action survient. Une attaque de Zombie en plein Boston, une famille déchirée et une folle course poursuite dans un immeuble délabré. La 3D n’apporte pas grand-chose au film, si ce n’est des plans en hauteur assez intéressants, du fait de la masse grouillante de zombies, massés aux portes des villes, prêts à se déployer pour plonger l’humanité dans le néant.
J’ai assez peu apprécié ce film, n’aimant pas trop les films d’horreur et assimilé, néanmoins l’action est prenante et on frémit d’angoisse à l’idée de se retrouver nez à nez avec une créature de ce genre.
Note globale : 14/20 Bande son : 13/20 Histoire : 12/20


PACIFIC RIM



categorie : Action, aventure, SF

Une fois de plus on se retrouve avec un scénario de fin du monde, qui est presque aussi mauvais que le titre. Néanmoins, le scénario est assez créatif et on salue l’imagination des réalisateurs qui se sont largement inspirés des mangas et autres histoires japonisantes.
Dans une humanité, à l’once de l’an 2115, les forces terrestres ont du s’allier pour faire face à une menace de grande envergure. Des Kaijus, littéralement des monstres venus des entrailles de la terre, infestent les côtes maritimes et terrorisent les populations. Les pays ont du enterrer leur rancœur et développer des armes défensives pour protéger les villes et les Hommes. De fait on surgit de terre des robots, un peu comme des transformers , qui sont pilotés par des duos de combattant aguerris et qui se battent contre ces créatures tout droit venu d’un autre monde.  Les effets spéciaux sont pas mal, l’histoire tient bien la route et l’on rajoute des clichés un peu trop ricains à mon gout, et le tour est joué !
J’ai apprécié ce film, qui au départ je dois l’avouer, ne m’emballait pas trop…Les monstres sont presque réelles et on est véritablement happer par l’ambiance titanesque de ce film. Peut-être un prochain opus ? On ne dira pas non. Je n’ai pas vu l’heure passée et j’en suis sortie comblée, un bon moyen de passer le temps !
Note globale : 15.5/20 Bande son : 14/20 Histoire : 16/20


ELYSIUM



Catégorie : SF, action

Dans un futur proche, la terre est surpeuplée, et les bidonvilles s’amoncèlent de part et d’autres. Les gens aisés sont partis vivre sur une étoile artificielle : ELYSIUM. Gouverné d’une main de fer par des politiciens, cette étoile est un espace de paix, et le bonheur y est sublimé, les maladies y sont guérissables et l’immortalité est chose commune. Sur terre, on est loin de cette image paradisiaque. Certains luttent d’autres se taisent, suite à une irradiation le héros joué par Matt Damon, se dit qu’il n’a rien à perdre et s’en va dans une armure de fer pour tenter d’inverser le cours des choses et de pirater le système informatique d’Elysium. Sa tâche ne sera pas facilitée, des embuscades et des trahisons l’empêcheront de faire au plus vite. Mais le temps presse, et il ne lui reste que quelques jours à vivre pour sauvegarder les précieuses données transférées dans sa boite cranienne, qui permettront peut-être à la terre de connaitre des jours meilleurs.
Ce film un brin titanesque ne m’a pas ému plus que cela, des bonnes images, de bons acteurs et une fois de plus, la boucle est bouclée. J’ai trouvé le film très court et le scénario un peu faiblard bien que l’histoire présageait quelques rebondissements. Une vision manichéenne m’a empêcher d’aller plus loin dans ma réflexion.
Note globale : 13/20 Bande son : 12/20 Histoire: 13/20


WOLWERINE : LE COMBAT DE L’IMMORTEL





Catégorie : Action, Drame

Ce film raconte les premiers temps de Wolverine avant son arrivée au sein des X-Men. On y découvre un bloc de virilité qui cherche à fuir son passé et qui passe ses nuits à cauchemarder. Le héros, Hugh Jackman semble un peu s essouffler dans ce rôle d’homme monstre. Des courses poursuites et des batailles épiques s’enchainent sur fond de toile asiatique. En effet, après avoir sauvé la vie d’un combattant lors de l’essai de la bombe atomique à Nagasaki, ce dernier souhaite voir son sauveur avant de mourir et de laisser un royaume économique à son clan. Mais la corruption et la soif de pouvoir et de richesse ont tot fait de briser l’unité japonaise. Notre homme des cavernes aura tot fait de protéger la future héritière de cet empire, dont elle ne veut pas et qui attire les convoitises.
Un film un peu long que je n’ai guère apprécié, cet excès de virilité même si il permet de se rincer l’œil quelques fois ne fait pas long feu. Les scènes de combat sont bien moins épiques qu’avec les X-Men. Je me suis même un peu ennuyé. J’attend de pied ferme le nouvel opus avec Magneto et sa bande.
Note globale : 12.5/20 Bande son : 13/20 Histoire : 12.25/20



MOI MOCHE ET MECHANT 2 – L ESPION QUI L AIMAIT



Catégorie : animation, humour, enfant

Un deuxième opus servie par une équipe d’animation franco-américaine, qui semble tenir la route sur le grand écran. Après le premier succès des aventures de Gru, Méchant parmis les Méchants, il était presque obligatoire de le voir revenir sur le devant de la scène, accompagné par son armada de mignons.  L’intrigue est simple, Gru est cette fois recruté pour faire le bien, et enquêter sur la mystérieuse disparition d’une arme chimique de haute volée. Il sera accompagné dans son aventure par une collègue de travail pour le moins envahissante mais attachante. Les péripéties, les gags et les rebondissements nous tiennent en haleine, et le rythme de ce film d’animation, sacré meilleur film d’animation de l’année, tient ses promesses.
Les personnages sont toujours aussi attachants, et l’accent est mis sur le rôle des Minions pour le bonheur des plus petits mais aussi des grands. Les doublages français sont toujours aussi excellents et Gad Elmaleh se prête volontiers au jeu pour son personnage de méchant. On regrette juste une bande son un peu moins bonne que la précédente, mais heureusement, les images s’enchainent pour le mieux et le rythme est maintenu
J’ai beaucoup aimé ce deuxième volet, et j’ai retrouvé les personnages avec plaisir, autant du fait de leur attachement, que de leur rôle même mineur, sur grand écran. J’ai appris par hasard qu’il existait un langage Minion, nommé minion-ese, j’ai appris quelques rudiments et je sais depuis le parler plus ou moins couramment !
Note globale : 18/20 / Bande son : 15/20 Animation : 18/20 Histoire : 15/20


INSAISISSABLE


Catégorie : Aventure

La bande annonce m’avait mise l’eau à la bouche, mais le résultat final est si décevant ! En effet, le film tire en longueur, quel dommage ! On espérait une intrigue à la hauteur du prestige, ou à la rigueur quelque chose de potable. Malgré un casting de haute voltige et une production franco-américaine, on ne peut qu’être déçu. Un homme mystérieux  a réuni 4 magiciens prestigieux afin de monter un spectacle de grande envergure. Des tours de magie époustouflants épatent le public qui contribue à l’ascension du quatuor, qui s’attire les foudres des autorités après avoir déversé de l’argent sur son public après un tour.
Entre les œillades de Melanie Laurent, et les prouesses techniques de la production on n’en finit pas de se demander ce que le film veut réellement nous prouver. Malheureusement nos espérances sont amenuit à mesure que le film se termine, on ne sait pas vraiment comment l’intrigue se déroule si ce n’est par un formidable retournement de situation. Morgan Freeman ne réussit même pas à sauver le film, malgré une présence quasi onirique, et une attitude à la limite de la tête à claque. Concernant les tours de magie, on espérait les voir en vrai, mais à l’écran cela reste intouchable et on est vraiment sur notre faim.
Note globale : 14/20 Bande son : 13/20 Histoire : 11.5/20


UNE JOURNEE A ROME


Catégorie : Romance

Une jeune fille italienne doit se rendre à Rome pour un entretien avec un député afin d’avoir son soutien et grimper les échelons de la célébrité à la télévision. Venue d’un milieu modeste, elle se fait gâtée par sa mère le jour J. Pour se rendre à la capitale, elle se fait conduire par un chauffeur, qui sera son ami, puis son amant d’un jour. Ensemble, ils cavaleront à travers les plaines siciliennes, et vivront une amitié éphémère.
Ce film qui n’est sorti que dans quelques salles sombres, présageait une idylle au nougat bonne comme je les aime, avec en plus une production italienne et la plus belle ville du monde, après paris bien entendu. Malgré ce décor idyllique, on est un peu déçu par le rythme, et les plans dans la voiture sont nombreux, les dialogues assez pauvres si bien que parfois on se croirait devant un épisode d’une énième série romantique-déglinguée bien assise dans son salon. La fin est assez horrible au niveau du montage, on se dit que le producteur avait un coup dans le pif ou je ne sais quoi encore.
Note globale : 12.5/20 bande son : 12.5/20 Histoire : 11.5/20




2 commentaires:

  1. Tes critiques sont tops!! Neanmoins j'aurais mis une meilleure note a Word War Z qu'a Pacific Rim. Pour etre allé voir les deux a quelques jours de décalage j'ai quand même trouver que l'ambiance robot/chaos/futuriste de Pacific Rim etait moins prenante que dans Word War Z. Mais j'imagine que tout est histoire de sensibilité (je deteste les fictions futuristes!). En tout cas terrain d'entente pour Moi moche et Mechant!! :)

    RépondreSupprimer
  2. “Au service de sept présidents, il a traversé trente ans d’histoire”.
    Voici le slogan policé placardé sur l’affiche de sortie du film “Le Majordome”, en tout cas en France.
    Car, une fois n’est pas coutume, les affiches de teasing américaines sont bien plus engagées (et aussi plus réussies selon moi).
    Pour lire la critique de l'affiche du Majordome, c'est par ici http://www.lecritiquedepub.com/majordome/

    RépondreSupprimer

un commentaire, une question, une suggestion, contestation, protestation, compliment, exclamation.... tout ceci de manière constructive et aimable :)